Discours à l’occasion du sommet arabe islamo-américain

As delivered.

 

Merci.

Je souhaite remercier le roi Salmane pour ses paroles exceptionnelles ainsi que le magnifique Royaume d’Arabie saoudite qui accueille le Sommet d’aujourd’hui. C’est un honneur pour moi d’être reçu par des hôtes aussi aimables. J’ai toujours entendu parler de la splendeur de votre pays et de la gentillesse de ses habitants mais les mots ne sauraient rendre justice à la grandeur de cet endroit remarquable et à l’extraordinaire accueil que vous nous avez réservé dès l’instant que nous sommes arrivés.

Vous m’avez aussi reçu dans la précieuse demeure du roi Abdulaziz, fondateur du Royaume qui a permis d’unir votre grand peuple. Œuvrant de concert avec un autre dirigeant très apprécié, le président des États-Unis Franklin Roosevelt, le roi Abdulaziz a entamé le partenariat durable qui existe toujours entre nos deux pays.

Votre majesté, votre père serait extrêmement fier de voir que vous perpétuez son héritage, et tout comme il a ouvert le premier chapitre de notre partenariat, aujourd’hui nous entamons un nouveau chapitre qui produira des retombées durables pour tous nos citoyens.

Permettez-moi également d’adresser ma gratitude la plus sincère à chacun des éminents chefs d’États qui se sont déplacés pour être présents aujourd’hui. Votre présence est un grand honneur pour nous et je souhaite transmettre les plus cordiales salutations de mon pays aux vôtres. Merci. Je sais que les moments que nous allons passer ensemble apporteront de nombreux bienfaits à vos peuples ainsi qu’au mien.

Je me présente aujourd’hui devant vous en tant que représentant du peuple américain, pour vous apporter un message d’amitié, d’espoir et d’affection. C’est pour cette raison que j’ai choisi d’effectuer mon premier voyage à l’étranger au cœur du monde musulman, dans la nation qui abrite et protège les deux sites les plus sacrés de l’Islam.

Dans le discours d’investiture que j’ai prononcé devant le peuple américain, je me suis engagé à renforcer les amitiés les plus anciennes des États-Unis et à édifier de nouveaux partenariats en faveur de la paix. J’ai également promis que les États-Unis ne chercheraient pas à imposer aux autres leur mode de vie, mais à leur tendre la main dans un esprit de coopération et de confiance. Nous avons une vision de paix, de sécurité et de prospérité, pour cette région et pour le monde entier.  Notre objectif est de rassembler en une coalition les nations qui partagent la même volonté que nous : celle d’éradiquer l’extrémisme afin de procurer à nos enfants un avenir prometteur qui honore Dieu. Ce rassemblement historique et sans précédent de dirigeants, unique dans l’histoire des nations, témoigne symboliquement au monde de notre volonté commune et de notre respect mutuel. Aux dirigeants et aux citoyens de chaque pays ici rassemblés aujourd’hui, je voudrais que vous sachiez que les États-Unis sont désireux de tisser des liens plus étroits en matière d’amitié, de sécurité, de culture et d’échanges commerciaux.

Pour le peuple des États-Unis, ce sont des temps profondément exaltants. Un nouvel esprit d’optimisme balaye notre pays. En quelques mois à peine, nous avons créé presque un million de nouveaux emplois, ajouté plus de trois mille milliards de dollars de nouvelle valeur, allégé les fardeaux qui pesaient sur le secteur industriel des États-Unis, et réalisé des investissements sans précédent dans nos forces armées qui permettront de préserver la sécurité de notre peuple et de renforcer celle de nos formidables amis et alliés, parmi lesquels nombreux sont ceux qui sont ici aujourd’hui.

Mais je suis aussi porteur de nouvelles encore meilleures dont je suis heureux de vous faire part. Mes rencontres avec le roi Salmane, le Prince héritier et le Vice-prince héritier ont été très chaleureuses et marquées d’une bonne volonté et d’une coopération formidable. Hier, nous avons conclu des accords historiques avec le Royaume qui permettra de réaliser dans nos deux pays des investissements à hauteur de presque 400 milliards de dollars et de créer plusieurs centaines de milliers d’emplois aux États-Unis et en Arabie saoudite.

Cet accord majeur comprend l’annonce de l’acquisition d’armements financés par les Saoudiens d’une valeur de 110 milliards de dollars ; et nous veillerons à aider nos amis saoudiens à négocier des contrats avantageux auprès de nos excellentes entreprises de défense américaines, les meilleures qui soient au monde. Cet accord aidera l’armée saoudienne à assumer un rôle beaucoup plus important en matière de sécurité et dans les opérations liées à la sécurité.

Nous avons également entamé des discussions avec les dirigeants de nombreux pays parmi ceux présents aujourd’hui concernant le renforcement des partenariats et la création de nouveaux, aux fins d’accroître la sécurité et la stabilité dans l’ensemble du Moyen-Orient et bien au-delà.

Tout à l’heure, nous allons à nouveau marquer l’histoire avec l’ouverture du nouveau Centre mondial de lutte contre les idéologies extrémistes, situé ici même, au cœur du monde islamique. Ce nouveau centre totalement novateur constitue une déclaration nette que les pays à majorité musulmane doivent prendre l’initiative en matière de lutte contre la radicalisation. Et je souhaite exprimer notre gratitude au roi Salmane de cette forte démonstration et de son leadership absolument incroyable et puissant. J’ai eu le plaisir de recevoir à la Maison-Blanche plusieurs des dirigeants présents aujourd’hui et je me réjouis par avance de travailler avec vous tous.

Les États-Unis d’Amérique sont un pays souverain et nous avons pour priorité absolue et constante de protéger la sécurité et la sûreté de nos citoyens. Nous ne venons pas ici en donneurs de leçons. Nous ne sommes pas là pour dire à d’autres peuples comment vivre, quoi faire, qui être ou comment pratiquer leur religion. Au contraire, nous venons ici pour vous proposer de nouer des partenariats, fondés sur des intérêts partagés et des valeurs communes, dans le but d’instaurer un avenir meilleur pour chacun d’entre nous.

À l’occasion du présent sommet, nous allons évoquer les nombreux intérêts que nous partageons. Cependant, par-dessus tout, nous devons être unis dans la poursuite du seul objectif qui transcende toute autre considération. Cet objectif consiste à relever le plus grand défi de l’Histoire : conquérir l’extrémisme et vaincre les forces que ce terrorisme amène avec lui à chaque fois.

Les jeunes garçons et filles musulmans devraient être en mesure de grandir à l’abri de la violence, sans ressentir de peur ni de haine. Et les jeunes hommes et femmes musulmans devraient avoir la possibilité de construire une nouvelle ère de prospérité pour eux-mêmes. Il faut que cela soit fait et nous devons les laisser le faire.

Avec l’aide de Dieu, ce sommet marquera le début de la fin pour ceux qui pratiquent la terreur et en propagent les vils principes. Dans le même temps, nous prions pour qu’un jour, on se souvienne de ce rassemblement exceptionnel comme ayant marqué le début de la paix au Moyen-Orient, peut-être même dans le monde entier. Mais cet avenir ne peut être possible que par la défaite du terrorisme et des idéologies qui l’alimentent.

Peu de nations ont été épargnées par la violence du terrorisme. Les États-Unis ont subi des attentats barbares répétés, des atrocités du 11 septembre à la destruction causée par les attentats à la bombe de Boston et à l’horreur des massacres à San Bernardino et à Orlando. Les nations de l’Europe ont également été frappées par une horreur indicible, tout comme les nations de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. L’Inde, la Russie, la Chine et l’Australie ont toutes été des victimes. Toutefois, en chiffres absolus, le bilan le plus meurtrier a été enregistré par les peuples innocents des nations arabes, musulmanes et du Moyen-Orient. Ils ont subi la grande majorité de ces morts et les pires destructions de cette vague de violence fanatique. Selon certaines estimations, plus de 95 % des victimes du terrorisme sont elles-mêmes musulmanes.

Nous sommes à présent confrontés à une catastrophe humanitaire et sécuritaire dans cette région du monde, qui est en train de se propager sur toute la planète. C’est une tragédie aux proportions épiques. Nulle description de la souffrance et de la perversité ne saurait en saisir la pleine mesure. Si l’on regarde ce qui se passe, le véritable prix des actions de Daech, d’Al-Qaïda, du Hezbollah, du Hamas et de nombreux autres groupes ne doit pas seulement s’évaluer en termes de nombre de morts. Il faut l’estimer en termes d’espoirs envolés pour des générations entières.

Le Moyen-Orient regorge de beauté naturelle, de cultures pleines de vie et de trésors historiques innombrables. Cette région devrait devenir de plus en plus l’un des grands centres mondiaux en matière d’échanges commerciaux et d’opportunités. Cette région ne devrait pas être un lieu d’où fuient les réfugiés mais où arrivent de nouveaux venus en grands nombres.

L’Arabie saoudite abrite les sites les plus sacrés de l’une des plus grandes religions du monde. Chaque année, des millions de musulmans venus du monde entier se retrouvent en Arabie saoudite pour prendre part au Hadj. Hormis ses merveilles antiques, ce pays possède aussi des merveilles modernes, parmi lesquelles des réalisations architecturales vertigineuses.

L’Égypte était un centre de connaissances et de réussite florissant des milliers d’années avant d’autres régions du monde. Les merveilles de Gizeh, de Louxor et d’Alexandrie témoignent par leurs monuments de cet héritage historique. Dans le monde entier, les gens rêvent tous de parcourir les ruines de la cité jordanienne de Pétra. L’Irak, berceau de la civilisation, est une terre d’une grande beauté naturelle. Quant aux Émirats arabes unis, ils ont atteint des hauteurs extraordinaires de verre et d’acier et transformé la terre et l’eau en œuvres d’art spectaculaires. Cette région tout entière se trouve au cœur des voies maritimes majeures que sont le canal de Suez, la mer Rouge, et le détroit d’Hormuz.

Jamais le potentiel de cette région n’a été aussi considérable. Soixante-cinq pour cent de sa population est âgée de moins de 30 ans. Comme tous les autres jeunes hommes et femmes, ces peuples aspirent à construire un grand avenir, à participer à de grands projets nationaux et à vivre avec leur famille dans un endroit où ils se sentent chez eux. Cependant, ce potentiel inexploité, toutes ces raisons d’être optimiste, sont tenus en échec par les bains de sang et la terreur.

Il ne peut y avoir de coexistence avec une telle violence. Elle ne peut être tolérée, acceptée, excusée ni ignorée. Chaque fois qu’un terroriste assassine un innocent en invoquant faussement le nom de Dieu, chaque croyant devrait se sentir insultée. Les terroristes ne vénèrent pas Dieu, ils vénèrent la mort.

Si nous n’agissons pas pour contrer cette terreur organisée, nous savons ce qui se produira, et nous savons quel sera le résultat final. La destruction de la vie perpétrée par le terrorisme continuera de se propager, des sociétés pacifiques seront plongées dans la violence, et, tristement, l’avenir de nombreuses générations futures sera gâché. Si nous ne condamnons pas unanimement ces tueries, alors nous subirons non seulement le jugement de nos peuples, non seulement le jugement de l’Histoire, mais nous subirons aussi le jugement de Dieu.

 

Il ne s’agit pas là d’un combat entre différentes religions, différentes sectes ou différentes civilisations. C’est un combat opposant des criminels barbares qui veulent anéantir la vie humaine et les honnêtes gens, tout cela au nom de la religion. Des gens qui cherchent à préserver la vie et à protéger leur religion. C’est un combat entre le bien et le mal. Lorsque nous voyons les scènes de destruction à la suite d’actes de terreur, rien ne permet de savoir si les victimes assassinées étaient des Juifs, des chrétiens, des chiites ou des sunnites. Quand on voit les flots de sang des innocents qui imprègnent les terres ancestrales, on ne voit ni la religion, ni la secte, ni le groupe ethnique des victimes ; on voit seulement qu’il s’agissait d’enfants de Dieu dont la mort est insultante envers tout ce qui est saint. Mais nous pouvons uniquement vaincre ce mal si les forces du bien sont unies et fortes, et si chacun ici présent fait sa juste part et assume sa part du fardeau.

Le terrorisme s’est répandu dans le monde entier. Mais c’est ici même que commence le chemin vers la paix, sur ces terres ancestrales, sur cette terre sacrée. Les États-Unis sont prêts à se tenir à vos côtés, dans la poursuite d’intérêts partagés et d’une sécurité commune. Toutefois, les nations du Moyen-Orient ne peuvent pas attendre que la puissance américaine écrase cet ennemi à leur place. Les nations du Moyen-Orient devront décider de l’avenir qu’elles veulent pour elles-mêmes, pour leur pays, et franchement pour leurs familles et pour leurs enfants.

Il y a un choix à faire entre deux futurs – et c’est un choix que les États-Unis ne peuvent pas faire à votre place. Un avenir meilleur n’est possible que si vos nations traquent les terroristes et les extrémistes et les chassent. Les chassent de vos lieux de culte. Les chassent de vos communautés. Les chassent de votre terre sainte et les chassent de la surface de la Terre.

De leur côté, les États-Unis s’engagent à adapter leurs stratégies afin de répondre à l’évolution des menaces et aux nouvelles situations. Nous écarterons les stratégies qui n’ont pas marché, et nous mettrons en application de nouvelles approches éclairées par l’expérience, le talent et le jugement. Nous adoptons un pragmatisme fondé sur des principes et enraciné dans des valeurs communes, des intérêts partagés et le bon sens. Nos amis ne s’interrogeront jamais sur notre soutien et nos ennemis ne pourront jamais douter de notre détermination.

Nos partenariats feront progresser la sécurité par l’intermédiaire de la stabilité et non des perturbations extrémistes. Nous prendrons des décisions fondées sur des résultats concrets et non sur une idéologie inflexible. Ce sont les enseignements de l’expérience qui nous guideront et non des schémas de pensée étroits et rigides. Et, chaque fois que ce sera possible, nous chercherons à introduire des réformes progressives, non des interventions soudaines. Nous devons rechercher des partenaires et non la perfection, et faire de tous ceux qui partagent nos objectifs nos alliés.

Par-dessus tout, les États-Unis aspirent à la paix, non à la guerre. Les nations musulmanes doivent être disposées à assumer cette tâche si nous voulons vaincre le terrorisme et précipiter dans l’oubli ses idéologies malfaisantes. Dans cet effort conjoint, la première tâche qui incombe à vos nations consiste à refuser de concéder tout territoire aux fantassins du mal. Chaque pays de la région a le devoir absolu de veiller à ce que les terroristes ne puissent trouver aucun refuge sur ses terres.

Bon nombre de pays contribuent déjà de façon significative à la sécurité régionale : Les pilotes jordaniens sont des partenaires cruciaux contre Daech en Syrie et en Irak. L’Arabie saoudite et une coalition régionale ont pris des mesures énergiques à l’encontre de militants houtis au Yémen. L’armée libanaise traque les agents de Daech qui tentent de s’infiltrer sur son territoire. Des troupes émiraties fournissent à nos partenaires afghans un soutien énergique. À Mossoul, les troupes américaines soutiennent les Kurdes, les sunnites et les chiites qui défendent ensemble leur patrie. Le Qatar, qui accueille le Commandement central des États-Unis, est un partenaire stratégique essentiel. Notre partenariat de longue date avec le Koweït et Bahreïn continue de renforcer la sécurité dans la région. Nos courageux soldats afghans font d’énormes sacrifices dans la lutte contre les talibans, et d’autres, pour défendre leur pays.

 

À mesure que nous empêchons les organisations terroristes de prendre le contrôle de territoires et de populations, nous devons aussi leur retirer l’accès aux sources de financement. Nous devons couper tous les circuits financiers qui permettent à Daech de vendre du pétrole, aux extrémistes de payer leurs combattants, et aux terroristes de réussir à faire passer illégalement leurs renforts.

 

Je suis fier d’annoncer que les nations ici présentes aujourd’hui vont signer un accord visant à prévenir le financement du terrorisme, appelé le Centre de ciblage du financement du terrorisme, co-présidé par les États-Unis et l’Arabie saoudite, auquel s’associera chaque membre du Conseil de coopération du Golfe. C’est là une autre étape historique que nous franchissons en une journée qui restera longtemps gravée dans les mémoires.

 

Je souhaite aussi féliciter le Conseil de coopération du Golfe pour avoir empêché les financiers du terrorisme d’utiliser leurs pays comme base financière de la terreur et pour avoir désigné l’année dernière le Hezbollah comme étant une organisation terroriste, ce qu’il est incontestablement. L’Arabie saoudite s’est associée à nous cette semaine pour prendre des sanctions contre l’un des plus hauts responsables du Hezbollah.

 

Bien sûr, il reste encore beaucoup à faire. Ceci exige de faire face honnêtement à la crise engendrée par l’extrémisme islamiste, les islamistes radicaux et la terreur islamiste sous toutes ses formes. Nous devons mettre un terme à ce qu’ils font pour inspirer car ils ne font qu’inspirer à tuer. Et nous avons un impact extrêmement profond si vous regardez ce qui s’est passé récemment. Et ceci suppose de faire front commun contre les meurtres de musulmans innocents, l’oppression des femmes, la persécution des Juifs et le massacre des chrétiens.

 

Les dirigeants religieux doivent être parfaitement clairs : la barbarie ne vous apportera aucune gloire – la dévotion au mal ne vous confèrera aucune dignité. Si vous choisissez d’emprunter le chemin du terrorisme, votre vie sera vidée de toute substance, votre vie sera brève et votre âme sera damnée à tout jamais. Et les dirigeants politiques doivent clamer haut et fort ce même message : un héros ne tue pas les innocents, il les sauve.

De nombreuses nations représentées ici aujourd’hui ont pris d’importantes dispositions pour faire passer ce message au premier plan. La Vision de l’Arabie saoudite pour 2030 est une déclaration importante et encourageante de tolérance et de respect, favorable à l’émancipation des femmes et au développement économique. Les Émirats arabes unis se sont aussi mobilisés dans le combat pour gagner les cœurs et les âmes et, avec les États-Unis, ils ont créé un centre de lutte contre la propagation de la haine sur Internet. Bahreïn œuvre également pour ébranler les capacités de recrutement de terroristes et saper l’extrémisme.

Je souhaite aussi féliciter la Jordanie, la Turquie et le Liban pour le rôle que ces pays jouent dans l’accueil des réfugiés. L’afflux de migrants et de réfugiés qui survivent dans une telle misère qu’ils sont forcés de quitter le Moyen-Orient appauvrit le capital humain qui est nécessaire pour édifier des sociétés et des économies stables. Plutôt que de priver cette région d’un potentiel humain si considérable, les pays du Moyen-Orient peuvent donner aux jeunes l’espoir qu’un avenir prometteur les attend dans leur patrie et leur région.

Il faut pour cela encourager les aspirations et les rêves de tous les citoyens qui sont en quête d’une vie meilleure, notamment les femmes, les enfants et les adeptes de toutes les confessions. De nombreux spécialistes des civilisations arabes et islamiques ont fait valoir avec éloquence que la protection de l’égalité renforce les communautés arabes et musulmanes.

Pendant de nombreux siècles, le Moyen-Orient a été la patrie de chrétiens, de musulmans et de Juifs qui vivaient côte à côte. Nous devons pratiquer la tolérance et le respect mutuels une fois de plus, afin de faire de cette région un lieu où chaque homme, chaque femme, quelle que soit son appartenance religieuse ou ethnique, peut mener une vie digne et emplie d’espoir.

Dans cet esprit, après avoir terminé ma visite dans cet endroit extraordinaire où nous trouvons aujourd’hui, Riyad, et que j’ai appris à si bien connaître en si peu de temps, je me rendrai à Jérusalem et à Bethléem, puis au Vatican, où je visiterai bon nombre des lieux saints les plus importants des trois religions abrahamiques. Si ces trois religions peuvent se rassembler pour coopérer, alors la paix sera possible dans le monde – y compris la paix entre les Israéliens et les Palestiniens. Je vais rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le président palestinien Mahmoud Abbas.

Priver les terroristes de leurs territoires, de leurs sources de financement et des fausses séductions de leur veule idéologie sera la base de leur défaite facile. Cependant, toute discussion en vue d’anéantir cette menace serait vaine faute de mentionner le gouvernement qui procure aux terroristes les trois soutiens dont ils ont besoin : un refuge sûr, un appui financier et le statut social nécessaire au recrutement. Il s’agit d’un régime qui est responsable de tant d’instabilité dans cette région. Bien sûr, c’est de l’Iran que je parle.

Du Liban au Yémen, en passant par l’Irak, l’Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d’autres groupes extrémistes qui répandent la destruction et sèment le chaos dans toute la région. Depuis des décennies, l’Iran alimente les flammes du conflit et de la terreur sectaires. C’est un gouvernement qui parle ouvertement de meurtres de masse, en promettant de la destruction d’Israël, la mort de l’Amérique ainsi que la ruine des nombreux dirigeants et nations représentées ici.

Vous avez vu l’une des interventions les plus tragiques et déstabilisatrices de l’Iran en Syrie. Avec le soutien de l’Iran, Assad a commis des crimes innommables et les États-Unis ont pris des mesures énergiques en réaction à l’emploi par le régime Assad d’armes chimiques interdites, en tirant 59 missiles sur la base aérienne syrienne d’où était venue cette agression meurtrière. Des nations responsables doivent œuvrer ensemble pour mettre un terme à la crise humanitaire en Syrie, éradiquer Daech et rétablir la stabilité dans la région, et ce le plus rapidement possible.

Les victimes du régime iranien qui souffrent depuis le plus longtemps sont les Iraniens eux-mêmes. L’Iran possède une histoire et une culture riches, mais les citoyens de l’Iran sont soumis à des souffrances et connaissent le désespoir sous le joug de leurs dirigeants lancés dans une poursuite effrénée du conflit et de la terreur. Jusqu’à ce que le régime iranien soit disposé à être un partenaire pour la paix, toutes les nations ayant une conscience doivent ensemble œuvrer dans le but d’isoler l’Iran, de priver ce pays des fonds qu’il consacre au financement du terrorisme –on ne peut le permettre– et de prier qu’advienne le jour où le peuple iranien aura le gouvernement juste et droit qu’il mérite tant. Les décisions que nous prenons auront un impact sur d’innombrables vies.

Votre Majesté, je vous remercie de l’organisation de ce moment historique, et je vous remercie de vos investissements massifs aux États-Unis, dans leurs industries, et leurs emplois. Je vous remercie de votre investissement dans l’avenir de cette région du monde.

Cette région fertile — et elle est vraiment fertile– possède tous les ingrédients pour une réussite extraordinaire – une histoire et une culture riches, un peuple jeune et dynamique, un excellent esprit d’entreprise. Mais cet avenir peut uniquement exister si les citoyens du Moyen-Orient parviennent à s’affranchir de l’extrémisme, de la terreur et de la violence.

Nous tous ici présents sommes les dirigeants de nos peuples. Ceux-ci se tournent vers nous pour obtenir des réponses et des actes. Et lorsque nous les regardons, nous voyons dans leurs yeux une âme qui aspire à la justice et à la paix. Aujourd’hui, ils sont des milliards à nous regarder, qui attendent que nous agissions sur la grande question de notre temps. Resterons-nous indifférents en présence du mal ? Allons-nous protéger nos populations de ses idéologies violentes ? Allons-nous laisser son venin se propager dans nos sociétés ? Allons-nous le laisser détruire les sites les plus sacrés de la Terre ?

Si nous n’affrontons pas cette terreur mortelle, nous savons ce que l’avenir nous réservera : davantage de souffrances, de morts et de désespoir. Mais si nous agissons, si nous quittons cette magnifique salle unis et déterminés à tout faire pour anéantir le terrorisme qui menace le monde, alors nos populations pourront bénéficier d’un avenir formidable qui ne connaîtra aucune limite.

Le berceau de la civilisation est prêt pour une nouvelle renaissance. Imaginez simplement de quoi demain pourrait être fait.

De magnifiques merveilles de la science, des arts, de la médecine et du commerce pour inspirer l’humanité. De grandes villes construites sur les ruines de bourgades anéanties. De nouveaux emplois et industries qui permettront à des millions de personnes de mieux vivre. Des parents qui ne s’inquièteront plus pour leurs enfants, leurs familles, et qui ne pleureront plus leurs êtres chers et les fidèles qui pourront enfin pratiquer leur religion sans crainte. Ce sont là les bienfaits de la prospérité et de la paix. Ce sont là les désirs qui brûlent d’une flamme vertueuse dans le cœur de chaque être humain. Et ce sont aussi les exigences légitimes des populations que nous chérissons.

Je vous demande de vous joindre à moi, de nous rassembler, d’œuvrer de concert et de combattre ensemble, parce que tous unis, nous ne pourrons pas échouer. Personne, absolument personne ne peut nous vaincre.

Merci. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu bénisse vos pays. Et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique. Je vous remercie.