Allocution de l’Ambassadeur David T. Fischer

TRADUCTION NON OFFICIELLE

Allocution de l’Ambassadeur David T. Fischer

Le lundi, 18 janvier 2021

Je vous remercie tous d’être parmi nous aujourd’hui. Le 20 janvier – dans deux jours à peine – mon mandat en tant qu’Ambassadeur des Etats-Unis au Maroc arrive à son terme.

Ce fut l’honneur de ma vie d’être l’Ambassadeur des Etats-Unis au Maroc. Le Maroc est l’un des pays les plus merveilleux, les plus beaux et les plus hospitaliers du monde, et l’un des amis les plus importants et les plus anciens des Etats-Unis d’Amérique.

Je suis arrivé au Maroc il y a exactement un an. Mon tout premier jour ici, j’ai eu l’honneur de rencontrer Sa Majesté le Roi Mohamed VI. Cette réunion a donné le ton à tout ce qui a suivi. Je tiens à remercier Sa Majesté pour les bases qu’il a créées pour orienter l’amitié américano-marocaine vers un partenariat toujours plus étroit.

Ce partenariat remonte à plusieurs siècles, à commencer par une étape incroyablement audacieuse et visionnaire du Maroc, lorsqu’il est devenu le premier pays au monde à reconnaître les Etats-Unis d’Amérique naissants.

J’ai passé l’année écoulée à rendre la pareille, renforçant cette amitié au profit des deux pays.

Lorsque le COVID-19 est arrivé au Maroc, j’ai immédiatement accordé la priorité à aider le Royaume à faire face à la pandémie, au moyen d’une aide ciblée conçue pour soutenir les personnes les plus vulnérables du Maroc.

Par conséquent, par le biais de l’Agence Américaine pour le Développement International, le gouvernement américain a investi plus de 9,5 millions de dollars dans la gestion du Maroc de la pandémie du COVID-19.

L’USAID a œuvré avec le Ministère de la Santé et d’autres partenaires pour sensibiliser la population au COVID-19, pour former le personnel médical et fournir du matériel d’hygiène et de laboratoire. Le Département d’Etat et le Département de la Défense des Etats-Unis ont également acheté des équipements de protection pour les laboratoires nationaux du Maroc. Je suis fier d’avoir soutenu le Maroc dès le début dans sa lutte réussie contre la pandémie.

Toujours au cours de l’année écoulée également, le Maroc et les États-Unis sont devenus des partenaires encore plus proches sur une série de questions de sécurité. En octobre, le Maroc et les Etats-Unis ont signé une feuille de route de 10 ans pour la coopération en matière de défense, symbole de notre partenariat stratégique à long terme.

Un autre moment important illustrant notre amitié s’est produit cette année lorsque nous avons inauguré un nouveau consulat à Casablanca. Il s’agira d’une facilité de 312 millions de dollars qui témoigne de notre engagement à long terme envers la place financière du Maroc.

Cela démontre également notre soutien à l’avenir du Maroc en tant que porte d’entrée pour toute l’Afrique. Le Maroc est bien placé pour tirer parti de ses nombreux atouts importants, et les Etats-Unis sont fiers d’investir dans cet avenir.

Au cours de l’année dernière, nous avons également travaillé ensemble pour préserver le patrimoine culturel inégalé du Maroc. Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons signé un accord qui protégera les artéfacts culturels du Maroc contre le vol et la contrebande. La culture marocaine est incroyablement riche et les Etats-Unis sont fiers d’aider les générations futures à découvrir l’histoire culturelle du Maroc dans son intégralité.

Parmi mes principaux objectifs est celui de soutenir le système éducatif public marocain. Quand je discute avec les Marocains, ils demandent souvent plus d’enseignement de l’anglais dans les écoles, parce qu’ils sont conscients de l’importance de l’anglais dans le monde d’aujourd’hui.

J’ai écouté et j’ai agi. En partenariat étroit avec le Ministère de l’Education, l’USAID a pu obtenir un montant record de financement pour l’enseignement de l’anglais dans les écoles publiques au Maroc.

Cela augmentera l’enseignement de l’anglais dans l’ensemble du système scolaire public, offrant aux jeunes marocains un atout inestimable pour leur avenir dans l’économie moderne.

Cette année, l’Ambassade a également dispensé des cours de perfectionnement professionnel en ligne à plus de 550 enseignants de langue anglaise du secteur public à travers le Maroc. Cela s’est déroulé dans le cadre du programme Virtual English Language Fellow du gouvernement américain.

Outre notre soutien à l’enseignement de la langue anglaise, le programme « Reading for Success » de l’USAID améliore considérablement les compétences en matière de lecture des élèves du primaire marocain, atteignant plus de 4 millions d’élèves au cours de la dernière année, en partenariat avec le Ministère de l’Education.

Nous soutenons également la formation professionnelle de différentes manières. Par exemple, nous recherchons des partenariats et des financements avec le gouvernement marocain pour améliorer la production de bijoux traditionnels marocains en argent. Les cours seront dispensés en partenariat avec le Ministère de l’Education dans l’ensemble du système scolaire public.

Je suis également fier d’avoir appuyé le Compact de 450 millions de dollars conclu entre la Millennium Challenge Corporation et le Maroc. Ce partenariat renforce la sécurité foncière et l’éducation des futures générations de Marocains et crée 12 nouvelles zones industrielles.

Il s’agit du deuxième Compact de la MCC avec le Maroc. Le premier Compact a modernisé les industries clés du Maroc, notamment l’agriculture, la pêche et le tourisme. Entre ces deux Compacts de la MCC, le gouvernement américain a investi plus de 1,1 milliard de dollars pour moderniser l’économie marocaine et soutenir le peuple marocain.

Je n’ai pas encore fini. Au cours de l’année écoulée, l’Initiative de Partenariat entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient – connue sous le nom de MEPI – a lancé quatre nouveaux projets bénéficiant d’un financement de près de 600.000 dollars américains, axés sur la promotion de l’entrepreneuriat économique et la participation politique. Plus tôt ce mois-ci, nous avons lancé le programme Dakhla Connect, financé par MEPI, qui contribuera à améliorer l’environnement économique dans les provinces du sud du Maroc.

Cette année aussi, j’ai eu l’occasion de voir de mes propres yeux comment le Maroc et les Etats-Unis œuvrent ensemble pour sécuriser le port de Tanger-Med, l’un des plus grands ports à conteneurs au monde. J’ai visité l’installation portuaire et observé l’une des deux unités mobiles de numérisation que les Etats-Unis ont fait don au Maroc en 2017 au coût de 4,5 millions de dollars. Ces unités aident désormais à inspecter les conteneurs et les véhicules des passagers, assurant la sécurité du Maroc et la fluidité de son commerce.

J’ai également cherché des moyens novateurs pour stimuler le commerce et les investissements bilatéraux grâce à notre Accord de libre-échange unique. Les opportunités existent et l’Accord a déjà stimulé le commerce de plus de 500 pour cent depuis sa mise en œuvre. Notre Accord de libre-échange fête ses 15 ans cette année et mérite d’être célébré dans la mesure où il s’avère avantageux pour les économies des deux pays.

Parlant d’anniversaires, nous prévoyons une célébration à Tanger plus tard cette année pour souligner un autre grand moment de notre amitié – soit le 200e anniversaire du don du Maroc de l’unique bâtiment historique de la Légation américaine.

L’histoire entre nos deux pays est remplie d’événements importants, et j’estime que nous avons encore marqué l’histoire cette année, à plusieurs reprises. Nous avons favorisé une réconciliation entre le Maroc et Israël, un autre pays faisant partie de nos plus proches alliés. Le Président Trump l’avait annoncé il y a à peine un mois, le 10 décembre, et beaucoup de choses se sont produites depuis.

En adhérant aux Accords d’Abraham et en renouant son partenariat avec Israël, le Maroc contribue à stabiliser la région, tout en ouvrant des opportunités commerciales. Le Maroc et Israël ont rouvert leurs bureaux de liaison, qui deviendront bientôt des ambassades à part entière. Les hommes d’affaires et les investisseurs en Israël s’adressent déjà à leurs homologues marocains, cherchant à faire des affaires ici. Bien sûr, le tourisme en provenance d’Israël s’épanouira. Les accords d’Abraham continueront de favoriser une autre croissance économique pour les années à venir, dans la mesure où ils encouragent tous les pays partenaires, pas seulement Israël et le Maroc, à investir les uns dans les autres.

L’histoire s’est de nouveau faite cette année lorsque je suis devenu le premier ambassadeur des Etats-Unis à visiter le Sahara marocain, après que mon gouvernement ait redessiné notre carte officielle pour reconnaître les véritables frontières du Maroc. Ce fut un immense honneur de visiter les provinces du sud. J’ai un profond respect pour la place spéciale qu’occupe le Sahara dans le cœur de tous les Marocains.

Lorsque j’ai visité le Sud, j’ai déclaré devant la presse que je souhaiterais acheter une villa à Dakhla. Je plaisantais à l’époque, mais maintenant que tout le monde me pose des questions sur ce sujet… Vous savez, ce n’est peut-être finalement pas une mauvaise idée.

Au cours de l’année écoulée, j’ai visité presque tous les coins du Maroc, à la recherche de moyens d’améliorer notre coopération et de renforcer les liens entre nos deux grandes nations. Mon objectif a été de faire comprendre au Maroc que l’Amérique investit massivement dans cette amitié et croit fermement en notre avenir.

Alors que nous nous préparons à quitter le Maroc, je veux que vous sachiez que l’avenir des relations américano-marocaines sera entre de bonnes mains. Je suis sûr à 100% que la nouvelle administration Biden nommera une personne hautement qualifiée pour occuper ce poste d’Ambassadeur, quelqu’un qui s’appuiera sur tout ce que nous avons réalisé ensemble,

et que les Etats-Unis et le Maroc ne feront que croître et prospérer ensemble comme ils l’ont fait pendant plus de deux siècles

Le Maroc nous tient à cœur et le restera toujours. C’est un pays dont il est facile de tomber amoureux. La chaleur de ses habitants est tout simplement inégalée.

Le Maroc, nos amis marocains et la vie que nous avons faite ici nous manqueront, mais nous partons heureux, sachant que l’avenir du partenariat américano-marocain est devenu inébranlable et ne peut que se renforcer.

Je vous remercie – et je répondrai à quelques questions.